Les jours sont toujours si courts, chéri

"Les jours sont toujours si courts, chéri", huile et acrylique sur toile, 2013

« Les jours sont toujours si courts, chéri », huile et acrylique sur toile, 2013

Les jours sont courts et gris, parfois seulement éclairés d’un rayon passager du soleil. Les mois forment une monotone composition de teintes de gris, coupés de traits noirs, de petites fissures qui portent l’espoir de la lumière du soleil. On dirait que la nuit, le crépuscule, le matin gris – ne se laissent arracher qu’une petite part qu’ils encerclent, embrassent et récupèrent. Cela dure, n’en finit pas. Cinquante jours, cent, quatre mois… Un tableau, un deuxième, troisième minuscule, puisque l’espoir est apparu que l’élément clair finisse par vaincre, mais le quatrième est plus grand et dans des tons plus sombres encore. Ces gris recouvrent un fond de violet qui donne l’impression d’une ombre plus profonde. La série de tableaux hivernaux a un titre commun : Les jours sont toujours si courts, chérie. Je les ai peints en technique mixte, associant l’acrylique et l’huile, sur des toiles de formats différents.

"Les jours sont toujours si courts, chéri", huile et acrylique sur toile, 2013

« Les jours sont toujours si courts, chéri », huile et acrylique sur toile, 2013

Maintenant, je suis passée à une série de printemps. Début printemps. J’ai prévu des compositions semblables, mais en négatif – pour ce qui est des couleurs comme des éléments de composition. Plus de parties claires, plus visibles – après tout, le moment où ce seront les nuits qui seront courtes finira bien par arriver.

"Les jours sont toujours si courts, chéri", la série complète dans mon atelier (huile et acrylique sur toile, différents formats, 2013)

« Les jours sont toujours si courts, chéri », la série complète dans mon atelier (huile et acrylique sur toile, différents formats, 2013)

Publicités

A propos elaprokopek

Je suis née il y a suffisamment longtemps pour pouvoir utiliser en toute légitimité la phrase « de mon temps... » - ainsi que quelques autres qui sont le privilège de l'âge, à l'exception peut-être de « ah, les jeunes de nos jours... » - puisque je considère la jeunesse comme une espèce éteinte. Je peins, je fais la cuisine, le ménage ; je regarde, j'attends, j'écris... Un jour, la peinture a rejoint dans ma vie l'écriture, si bien que l'un commente l'autre et inversement.
Cet article, publié dans Naissances des toiles, Peinture abstraite, Séries, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les jours sont toujours si courts, chéri

  1. Jane Moller dit :

    Je le trouve magnifique cette série et le titre est originale et parfait !

    • elaprokopek dit :

      Merci beaucoup! J’ai mis u petit moment avant de trouver le titre, alors que la série était déjà là, je les appelais « les petits gris », en attendant mieux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s