Toujours sur le pont: après le vernissage

L’exposition n’est pas encore finie, puisque nous restons encore là demain matin, si bien que j’ai un peu de mal à tout raconter en détail; je manque et de temps, et d’énergie. Mais je prends des notes: les voici, quasi brutes, à peine traduites.

Je me rends compte qu’il manque dans ces remarques quelques moments parmi les plus importants de ces journées, mais c’est le propre de ce genre de notes brutes. J’y reviendrais dès que j’aurai retrouvé le souffle. 

Mes notes prises sur le vif

Mes notes prises sur le vif

Vendredi

Christophe s’occupe de l’électricité. Il installe l’éclairage et tout ce qu’il faut pour un discret fond sonore.

Lubek (mon mari) installe le long de la nef une construction en bambous qui devra porter les tableaux.

Structure en bambou supportant les tableaux, une construction de mon mari. Les deux enfants regardent des tableaux de Christophe martin, plus près, les deux "Départementales 922"

Structure en bambou supportant les tableaux, une construction de mon mari. Les deux enfants regardent des tableaux de Christophe martin, plus près, les deux « Départementales 922 »

Moi, je dispose les panneaux métalliques, blancs, prêtés par M. Gilles Blandeau, le directeur de l’MJC de La Ferté-Milon. Tout le monde a mal aux bras et au dos. Nous sommes fatigués et nous avons faim.

L’après-midi, après son atelier, arrive Mme Carole Goldie pour installer ses compositions de panneaux de porcelaine ajourés qui, suspendus à des cadres de bois, laissent jouer la lumière. Ce n’est que dans la soirée que M. Feltrin, bien fatigué après une journée de travail, apporte trois de ses imposantes mosaïques.

Les travaux de Carole Goldie

Les travaux de Carole Goldie

Les trois mosaïques de Walter Feltrin à l'église de La Ferté-Milon

Les trois mosaïques de Walter Feltrin à l’église de La Ferté-Milon

Reste à mettre les bougies dans les chandeliers en pierre, inventés et fabriqués par mon mari.

Charlotte Noël, qui fait ses études à Paris, dans une école spécialisée dans la bande dessinée et le manga, et qui vit à La Ferté-Milon, nous rejoint au dernier moment et décide d’exposer cinq de ses travaux.

Trois des cinq tableaux de Charlotte Noël ("Cha"), sur fond noir, sur le présentoir prêté par le MJC

Trois des cinq tableaux de Charlotte Noël (« Cha »), sur fond noir, sur le présentoir prêté par le MJC

Charlotte Noël, notre plus jeune exposante

Charlotte Noël, notre plus jeune exposante

Vers 22h, nous fermons l’église.

Samedi

En allant à l’église Notre-Dame, j’installe quelques panneaux aux carrefours. Christophe est déjà là. Nous ouvrons les grilles et les portes de l’église…

Mes notes prises sur le vif

Mes notes prises sur le vif

Surprise – un instant seulement plus tard, les premiers visiteurs arrivent. Deux dames avec des enfants semblent contentes, elles jettent même quelques pièces dans notre tirelire pour la rénovation de l’édifice. Cela continue sans arrêt, jusqu’au soir. Il y a des habitants des environs mais aussi des touristes, y compris des touristes étrangers (quelques Néerlandais, des Britanniques).

Les visiteurs à l'exposition

Les visiteurs à l’exposition

Alex Martin interrompt la conversation avec des visiteurs de ses connaissances qu’elle avait invités pour préparer le buffet du vernissage. Nous déployons la tente qui sert d’habitude à mon mari lorsqu’il participe à des reconstitutions médiévales. Plus on s’approche des dix-huit heures, plus il y a de monde. Les gens entrent dans l’église, visitent l’exposition, s’éparpillent…. Alex trouve l’idée de proposer un verre de champagne à ceux qui sortent. De cette façon, nous réussissons enfin à rassembler tout le monde sur la petite terrasse devant l’église. Je savais que je n’allais pas oser prendre la parole pour accueillir les visiteurs, j’ai donc écrit quelques mots (en polonais), que Skarbimir a traduits en français (correct). Je me suis forcée à commencer, puis, en m’excusant de mon accent horrible, j’ai passé la feuille à mon fils. C’était un peu malaisé, mais au moins tout le monde a compris ce que je voulais dire.

Le discours d'accueil. Mon fils, Skarbimir, parle, derrière lui, Christophe Martin, et moi-même, à droite de l'image

Le discours d’accueil. Mon fils, Skarbimir, parle, derrière lui, Christophe Martin, et moi-même, à droite de l’image

Il semblerait que tout le monde était content. Les derniers visiteurs partent peu après vingt et une heures. Alex peut enfin respirer. Tout s’est très bien passé, et même le temps, bien que pas terrible, ne nous a pas gêné.

La tente médiévale déployée devant l'église de La Ferté-Milon pour abriter le buffet du vernissage

La tente médiévale déployée devant l’église de La Ferté-Milon pour abriter le buffet du vernissage

Après le premier jour de l’exposition, il est encore trop tôt pour tenter un bilan, mais il me semble bien que l’idée a bien plu.

Les visiteurs de l'exposition

Les visiteurs de l’exposition

Les conversations du soir du vernissage montrent que l’utilisation de l’espace d’un monument ancien pour exposer de l’art contemporain est bien accepté. Et il y a toujours un peu d’étonnement qu’en pleine Picardie il se passe autant de choses en matière de l’art.

Publicités

A propos elaprokopek

Je suis née il y a suffisamment longtemps pour pouvoir utiliser en toute légitimité la phrase « de mon temps... » - ainsi que quelques autres qui sont le privilège de l'âge, à l'exception peut-être de « ah, les jeunes de nos jours... » - puisque je considère la jeunesse comme une espèce éteinte. Je peins, je fais la cuisine, le ménage ; je regarde, j'attends, j'écris... Un jour, la peinture a rejoint dans ma vie l'écriture, si bien que l'un commente l'autre et inversement.
Cet article, publié dans Expositions, Peinture abstraite, Peinture en pratique, Ville, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Toujours sur le pont: après le vernissage

  1. izys dit :

    et ben ! exposer dans une église est un vrai challenge ! apparemment celle-ci est très lumineuse et ça rend vraiment très bien. et c’est le curé qui devauit être content d evoir du monde !:)

    • elaprokopek dit :

      C’était un challenge, surtout pour l’organisation… en fait, l’église est plutôt sombre, d’autant plus qu’on n’a pas été gâtés par le temps. Mais les éclairages, bien que de bric et de broc, ont bien marché! Pour le curé, je pense qu’il était content, en tout cas, j’espère qu’ils accepteront qu’on réédite l’expo l’année prochaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s