C’est fini!

Maintenant, au calme, mais en reprenant les notes prises sur le vif, je peux finir la relation de l’exposition.

Dimanche

Le temps s’est stabilisé, aucune amélioration n’est prévue. Il pleut des cordes et il fait froid. Dans l’église, l’air est humide et la température est telle qu’on aperçoit de la buée lorsqu’on parle. Christophe allume toutes les lampes, moi, je m’occupe des bougies. Au moins, on a l’impression qu’il fait plus chaud. L’exposition y gagne, puisque, par contraste avec la grisaille environnante, l’intérieur de l’église semble plus accueillant et plus chaleureux. Malgré la pluie, les visiteurs ne manquent pas. Il y a toujours des touristes qui, après avoir vu nos affichent, profitent de cette occasion de voir l’intérieur de l’église. Les habitants arrivent en groupes, en amenant des connaissances venues leur rendre visite ou des familles qui passent le week-end de la pentecôte à la campagne.

Le paravent, doublé de ce mannequin retravaillé (sans titre, pour l'instant) suscitait pas mal d'intérêt

Le paravent, doublé de ce mannequin retravaillé (sans titre, pour l’instant) suscitait pas mal d’intérêt

Dans notre boite verte, quelques pièces de monnaie s’entrechoquent, nous arrivons même à apercevoir à travers le trou un billet de dix euros.

Lundi

Il pleut. Alex prévoit très peu de mouvement. Après tout, c’est le dernier jour du week-end, demain, le travail et les cours reprennent ; avec un temps pareil, personne ne voudrait sortir de chez soi. Heureusement, elle a tort. Les visiteurs sont peut-être moins nombreux qu’hier, mais pour ce bourg certes très beau, mais quand même petit, on ne peut pas se plaindre de la fréquentation. Nous comptons une trentaine de personnes dans la matinée, et même à l’heure du déjeuner quelques touristes trempés par la pluie arrivent.

Ce qui me fait le plus plaisir, c’est de voir des gens qui reviennent à l’exposition, en amenant des amis.

"Suivez-moi", huile sur toile de grand format, désormais achevée, en situation d'exposition.

« Suivez-moi », huile sur toile de grand format, désormais achevée, en situation d’exposition.

Les tableaux de Christophe suscitent pas mal d’intérêt. Il est surpris – pas moi. Après tout, je n’aurais pas insisté pour qu’il expose si je ne trouvais pas qu’il était bon !

Mardi

Dernier jour, si bien que dans l’après-midi, le démontage de l’exposition et le ménage nous attendent. En ce qui concerne les visiteurs, les premiers et plus importants de la journée sont les enfants de l’école primaire de La Ferté. L’institutrice – qui était passée le premier jour de l’exposition, pour préparer le terrain – mène un très intéressant programme sur les artistes qui travaillent à La Ferté-Milon et ses environs. Les enfants sont accompagnés par un cameraman professionnel ; ils apprennent à tourner des films, posent énormément de questions, sont d’une énergie débordante, bruyants et adorables. Peu avant midi, les enfants disparaissent dans les averses de pluie, et nous recevons encore trois ou quatre visiteurs. Parmi eux, une dame très sympathique qui vient une deuxième fois. Elle voulait se promener entre les tableaux dans le calme, regarder et se reposer.

Les institutrices de La Ferté-Milon à l'exposition

Les institutrices de La Ferté-Milon à l’exposition

Vers treize heures, nous commençons peu à peu à démonter des éléments. Nous avions promis de ramener les panneaux blancs à l’MJC pour quatorze heures trente. Il faut les remonter au dernier étage du bâtiment…

Christophe et Lubek partent avec les panneaux, tandis que moi et Alex restons sur place et assemblons tout près de la porte : des tableaux, des lampes, des câbles…

Les messieurs rentrent contents : ils ont certes un peu mal au dos, mais M. Blandeau leur a proposé du café, donc ils ont pu avoir un peu de repos.

Les constructions en bambou de Lubek son légères, donc le démontage ne pose pas de problèmes. Vers quinze heures, Carole Goldie arrive, essoufflée, pour enlever ses délicats travaux en porcelaine. Le tout déborde presque de sa petite voiture blanche. Elle redoute un moment de devoir rentrer chez elle la tête passée à travers un cadre de bois, mais après quelques tentatives de plus nous trouvons une solution moins extravagante : le cadre dépasse du coffre mal fermé.

Détail de nos installations en bambou. Les tableaux accrochés sont le "Vieux monsieur..." et la série "3-Polis", vendue.

Détail de nos installations en bambou. Les tableaux accrochés sont le « Vieux monsieur… » et la série « 3-Polis », vendue.

Walter Feltrin viendrait chercher ses mosaïques le soir, en revenant du travail, nous allons donc nous reposer un peu à la maison. Nous rapporterons la clé de l’église à la mairie le lendemain matin, et nous trouverons par la même occasion une manière de leur passer l’argent collecté.

Publicités

A propos elaprokopek

Je suis née il y a suffisamment longtemps pour pouvoir utiliser en toute légitimité la phrase « de mon temps... » - ainsi que quelques autres qui sont le privilège de l'âge, à l'exception peut-être de « ah, les jeunes de nos jours... » - puisque je considère la jeunesse comme une espèce éteinte. Je peins, je fais la cuisine, le ménage ; je regarde, j'attends, j'écris... Un jour, la peinture a rejoint dans ma vie l'écriture, si bien que l'un commente l'autre et inversement.
Cet article, publié dans Expositions, Grands formats, Installations, Séries, Tableaux et textes, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour C’est fini!

  1. Jane Moller dit :

    Très beau exposition, et j’ai beaucoup aimée lire la relation au cours des jours ! Grosse bise et bo repos 🙂

  2. izys dit :

    Ce paravent est vraiment chouette ! du coup j’aime beaucoup aussi la nouvelle bannière du blog 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s